Recherche

Sérénade Chafik

Mois

mai 2016

Qui est Omar Abdelkaffy l’invité de l’UOIF lors de la RAMF 2016

Pour mieux comprendre qui est le membre de la Confrérie des Frères Musulmans en Egypte, Omar Abdelkaffy, nous avons traduis cette vidéo mise en ligne le 5 février 2012. Cette vidéo s’intitule Le sionisme, le judaïsme, la maçonnerie, le nouveau plan pour le Moyen Orient

interview menée par le  journaliste  Mohamed Khaled

https://www.youtube.com/watch?v=cUjAYKZonKo

 

Abdelkaffy – Le judaïsme, le sionisme et la maçonnerie sont trois expresions.

Mohamed Khaled – Quelle sont les différences

Abdelkaffy – Le judaïsme est une religion, nous croyons en cette religion, nous croyons en l’existence du judaisme, nous croyons que le prophète Moïse a amené la torah et c’est la religion juive.

Le sionisme est un mouvement raciste ayant comme objectif coloniser le monde.

Mohamed Khaled – politique

Abdelkaffy – Politque. La maçonnerie est un mouvement destructif pour rendre les gens athées et pour les éloigner de dieu

C’est cette maçonnerie qui gouverne d’une manière cachée, c’est pour cela qu’on l’appelle le gouvernement caché. Elle prit naissance chez ceux là

Mohamed Khaled– donc le judaïsme, le sionisme et la maçonnerie sont trois termes qui désignent une même chose

Abdelkaffy – Non, au départ, le judaïsme originel est une religion à laquelle nous croyons. Je ne hais pas le juif à cause de son judaïsme, je hais le juif s’il a violé ma terre

Mohamed Khaled– Et Israël ?

Abdelkaffy – Israël a usurpé le titre, ils sont pour la plupart des laïques, ils ne croient pas en la religion ni à Moïse

Mohamed Khaled –  Israël c’est le prophète Yacoub (Jacob ?) c’est le nom d’Israël

Abdelkaffy – Dieu a dit « sauf celle qu’Israël lui-même s’interdit avant que ne descendit la Thora » celui qui interdit c’est le prophète Yacoub,

Je vais te narrer des petits bouts de l’Histoire, il y a un général américain qui s’appelle William Gay Carr

Mohamed Khaled –  Oui, « les pions de l’échiquier » et « Brouillard rouge sur l’Amérique »

 Abdelkaffy – Cette homme était un penseur important,

Mohamed Khaled –   C’est vrai

Abdelkaffy – En 1911, il 95 ans,

Mohamed Khaled –   C’est vieux

Abdelkaffy – Oui, vieux, ça fait bientôt un siècle, déjà. Il a fait une recherche sur la cause des guerres, pourquoi les gens se font la guerre, c’est vrai, 3 ans après la première guerre mondiale était déclenchée, en 1014, et après, même pas 25 ans après, c’était la seconde guerre mondiale

Mohamed Khaled –   C’est vrai

Abdelkaffy – Il s’est posé la question, c’est quoi ces guerres périodiques ? Qu’est ce qui se passe. Il y a un quelque chose qui les actionne. Les peuples ne, les civilisations n’ont progressé qu’en situation de sécurité. Jamais les civilisations n’ont pu progresser en situation de guerre. Il a cherché les causes cachées. Il s’est consacré à étudier la guerre la plus importante dans l’histoire moderne. La révolution française, la première guerre mondiale, et qu’est-ce qu’il a trouvé ? Il a trouvé que c’était le résultat de gens qui complotaient. Il y’a une direction, une institution, dans l’histoire connue sous le nom des Illuminati ou le mouvement sioniste international. Ils veulent garder les peuples dans un état de conflit permanent afin de créer des guerres pour qu’il puissent maitriser la pensée des peuples, les idéologies et maitriser les peuples.

Mohamed Khaled –   que dieu nous garde

Abdelkaffy – Que dieu nous préserve. Après 47 ans, en 58, il a écrit , cet homme

Mohamed Khaled –   William Gay Carr

Abdelkaffy – Son livre « les pions de l’échiquier » est publié en 1958. Il a levé le rideau sur les noms des acteurs de ce complot.

Mohamed Khaled –   Il les a découvert

Abdelkaffy – Oui. Et leur plan pour organiser une troisième guerre mondiale. En 58 la guerre était terminée depuis 13 années. Ils avaient prévu de faire déclencher une guerre vers l’an 2000.

Mohamed Khaled –   Donc ils complotent depuis 100 ans, mais qui réalise ceci, ils suivent un plan par exemple ?

Abdelkaffy – Non, je vais t’expliquer. Patience, c’est une chose énorme. Ça aurait été bien que ceci soit enseigné chez nous dans les écoles. L’auteur du livre, dit qu’il y a un homme qui s’appelle Adam Weishaupt. Il était professeur de droit dans une des universités et il était croyant chrétien. Ensuite il a rejeté le christianisme et a suivi l‘ordre satanique. En 1770, l’institution juive Rothschild qui a fondé l’Ordre des Illuminés et le mouvement sioniste, à faire une révision des protocoles.

Mohamed Khaled –   les protocoles de Sions le groupe sioniste ?

Abdelkaffy – Parfait.

Mohamed Khaled –   c’est l’institution qui les valides ?

Abdelkaffy – Evidemment elle les valide.

Mohamed Khaled –   Le problème c’est qu’il y a des penseurs, des politiques musulmans arabe qui nient l’existence du complot

Abdelkaffy – ce que nous voyons ce sont des vérités, des faits avérés. C’est clair, passons. Ils l’ont reformulé et réorganisé comme base préalable à l’instauration de l’église satanique afin  de préparer le retour du Messie annoncé ou l’antéchrist. C’est leur Messie, pas le Messie que nous avons. En 1776, soit 6 ans après, Rothschild a clarifié le complot et l’a mis à exécution. Nous voulons propager la corruption par l’argent et le sexe pour avoir le pouvoir sur les personnes qui occupent mondialement des postes sensibles et dans les différentes activités humaines.

Ensuite chaque fois qu’une personne a failli, elle devient victime d’un grand scandale. On lui fabrique un scandale qui met fin à sa vie. Les Illuminati doivent faire en sorte d’occuper des postes de professeurs des universités destinées aux élèves brillants.

Mohamed Khaled –   Pour les enrôler

Abdelkaffy – Pour les enrôler, surtout ceux qui appartiennent aux grandes familles. Ils les prennent et leur attribuent des bourses d’études spécifiques. Et jusqu’aujourd’hui, ils circulent dans certains pays pauvres, ils prennent les gosses brillants et les emmènent là-bas. C’est un complot mondial, parfait ?

L’importance des personnalités influentes et des étudiants brillants qui tombent dans les filets des Illuminati réside en leur possibilité de donner des conseils et des recommandations aux hommes qui sont au plus haut du sommet de l’état pour qu’ils prennent des décisions qui auront sur le long terme des conséquences bénéfiques au profit de l’organisation sioniste internationale.

Prendre le pouvoir sur la presse et les médias

Bon, un homme qui s’appelle Savac, c’était un allemand vivant à Francfort, il a écrit son livre important fondateur pour les Illuminati il a remis en ordre comme il se doit  les protocoles.  Un homme qui s’appelle Ratzburg a pris la lettre de Frankfort et s’est dirigé vers Paris, une foudre est tombée sur lui. On a trouvé sur lui les documents et on les a confié aux renseignements de Bavière qui les ont transmis aux différents gouvernements.  Mais les gouvernements étaient impliqués dans l’affaire et ont caché l’histoire.

Mohamed Khaled –   Leurs propres documents sont arrivés chez eux

Abdelkaffy – Exactement, il s’avère que c’était les têtes du serpent

Mohamed Khaled –   Mon dieu

Abdelkaffy – Ils se sont dit, il faut qu’on amène quelqu’un d’Europe pour diriger notre ordre. Ils ont trouvé un italien qui s’appelle Mazzini, il était chargé de raviver des troubles et des guerres dans le monde.  Et Mazzini a amené qui ?

À cette époque Karl Marx écrivait le Manifeste communiste, soubhan Allah! Et Engels, ce sont les têtes. A partir de là, l’expansion du communisme a commencé.

Et la religion opium du peuple est apparue comme une autre facette.

Au lieu d’avoir du capitalisme et du communisme, on voulait avoir deux théories qui s’affrontent.

Mohamed Khaled –   C’est toujours leur œuvre.

Abdelkaffy – La guerre mondiale a eu lieu sur la base de cette pensée. Les peuples se sont divisés, les uns disent je suis socialiste et moi…

Mohamed Khaled –   L’existence de courants de pensée a pour but raviver la braise des conflits dans le monde

Abdelkaffy – Ensuite on a le travail commencé par Nietzsche qui va avancer, que dieu nous en préserve, que Dieu est mort.

Le courant nazi est une ramification de celui de Nietzsche, la supériorité sur les autres peuples, la haine des peuples …

Ce sont eux qui ont déclenché les 2 guerres, la première et la seconde.

Ensuite Rothschild a financé la révolution anglaise, il a alors fondé la banque centrale anglaise qui imprime les billets, et comme cela, l’argent est devenu entre ses mains.

Grace à ce qu’a fait Rothschild, est arrivé en 1917 Balfour. C’est comme ça que le gouvernement du roi a dit qu’il trouvait nécessaire la création d’un état. Une conséquence du pot de vin

Mohamed Khaled –  Oui la promesse de Belfour

Abdelkaffy – Oui la promesse de Belfour et la Palestine a été donné comme une patrie nationale

Vient la catastrophe, le complot continue, la violence, le terrorisme au détriment des dialogues scientifiques calmes. Genre, chaque fois que je t’énerve tu vas me dire tu es terroriste, tu perds tes idées calmes et ensuite il leur a confirmé l’importance, Rothschild, d’utiliser l’idée de liberté pour déclencher les idées de classes, faire naitre les idées d’indépendance, on veut la liberté, on veut se séparer de l’état.

C’est jusqu’au Canada, maintenant, le Québec actuellement veut se séparer du Canada

Mohamed Khaled –  C’est eux qui fabrique le régime et font naitre les groupes contre le régime.

Abdelkaffy – Tu sais c’est comme exactement, moi j’enseigne dans l’histoire de « Kays », ton poème préféré, je trouve que c’était un génie qui voyait ce qui était caché, il voyait ce que l’ordre mondial faisait. Il dit : tu es comme le renard du marché, des fois tu te rends inaccessible, mais tu capture la proie et l’agneau. Est-ce toi qui, sans raison m’a insulté ? il a répondu, quand cela (… ) tu es comme les celui qui regarde les larmes des oiseaux qui sont sur le point d’être égorgés, alors, ne regarde plus leurs larmes mais ce que fait d’eux  ta main .

Ils te font te soulever contre les gouvernements, ils déclenchent des révolutions pour dire « les droits humains ». Mais c’est eux qui ont déclenché le problème.

Quand l’homme vit en sécurité dans le pays, pourquoi tu déclenches la révolte des gens contre lui ?

C’est eux qui déclenchent le problème et tout de suite ils disent : on fait une commission pour les droits humains, répétant, les droits de l’humanité, les droits de l’ONU, les droits de l’enfant, les droits des femmes. Que se passe-t-il ?

Mais ces droits existaient avant, mais voyons, les religions garantissent les droits.

La religion a garantie les droits, et les devoirs.

Mohamed Khaled –  C’est vrai

Abdelkaffy – leur objectif est celui de transformer la notion de liberté ensuite utiliser   la violence pour détruire toutes les institutions et les croyances

Rothschild les a alertés sur l’importance de garder secret leur pouvoir sur l’argent loin des regards. « Faites des clubs  »

Mohamed Khaled –  Rotary

Abdelkaffy – Ce n’est ni religion ni quoi que ce soit, le slogan de la révolution française est apparue, Liberté, égalité, fraternité, sous la cape de la maçonnerie

Mohamed Khaled –  La révolution française de Robespierre, il est l’un d’eux

Abdelkaffy – C’est eux qui l’ont fait, C’est eux qui l’ont fait

Il leur a démontré l’importance d’étudier la psychologie des masses pour pouvoir les maitriser. Les exciter un peu, faire des manifestations, casser, la religion n’est pas comme cela, dans la religion il y a l’opinion, la choura, le respect du plus âgé, le respect du gouvernement, la fidélité est en premier lieu à dieu ensuite le gouvernant, c’est un devoir dans la charia.

Mohamed Khaled –  l’obéissance au gouvernement

Abdelkaffy – Tant qu’il n’ordonne pas l’illicite, pas de problème.

Mohamed Khaled –  Il n’y a pas de gouvernement qui ordonne l’illicite

Abdelkaffy – Impossible.

Il a dit, violer les biens des peuples. Il dira : pourquoi tu as du pétrole ? c’est uniquement moi qui a le droit d’exploiter et d’avoir les profits du pétrole. On lui demandera, pourquoi, il rétorquera, MOI, c’est à moi que les capitaux reviennent.

Ensuite il leur a expliqué la nécessité d’utiliser le terrorisme qui garantit l’obéissance aveugle des masses.

Parce que comme disait Chaouki, les masses sont comme le perroquet, leur cerveau est dans leurs oreilles.

Tout est décidé, ils te disent tu es un musulman, tu es un terroriste, dès qu’une personne parle, et alors, on va continuer à être terrer dans le trou ou quoi ?

Ensuite l’importance de lancer des slogans que les médias adoptent. Comme ils te lancent « l’idéologie de la pensée », l’extrémisme international, la mondialisation. AH !   et nous on se demande c’est quoi le mondialisme, ils te disent la laïcité (on arabe A’oulama : mondialisation, A’elmanya : Laïcité)

Et aussi, en ce qui concerne les guerres, il convient de les déclencher,

C’était une partie des protocoles de Sion. J’aurais aimé que nos enfants profitent je ne serais pas long, mais tu regardes la montre

 Mohamed Khaled –  Il nous reste peu de temps, mais je t’en prie,

Les protocoles des gouvernements de Sion

Abdelkaffy – Je ne serais pas long.

On dit que celui qui a établi ces protocoles était un homme juif qui s’appelait Ginsberg il était originaire de l’Ukraine, il est mort en Palestine, en 1806 ou 1807.

Mohamed Khaled –  Les protocoles étaient établis avant

Abdelkaffy – Oui bien sûr mais, il les revus et corrigés et les a posés. Il est considéré comme le père spirituel de Weismann le successeur de Hertzl  connu pour le

Mohamed Khaled –  Congrès de 1906.

Abdelkaffy – Non en 1897 le congrès celui qui, 5à ans plus tard aboutira à ce que les juifs aient un état en Palestine, c’était en 1948 en mai.

Mohamed Khaled –  Et c’est arrivé

Abdelkaffy – Et ce Hertzl est le premier président du gouvernement d’Israël.

Mais il s’agit de quoi rapidement. L’élimination des religions. Avec une concentration de l’effort vis à vis de l’église papale et orthodoxe ensuite l’islam.

Mohamed Khaled –  Ce sont les priorités, des destructions ?

Abdelkaffy – Maitriser l’économie mondiale et amasser l’argent et le gagner.

Mohamed Khaled –  C’est ce qui se fait

Abdelkaffy – Prendre le pouvoir sur la presse et les agence d’information, les radios, les télévisions et le cinéma.

Mohamed Khaled –  C’est ce qui se fait

Abdelkaffy – Diffuser l’athéisme, et s’affranchir de toutes les obligations religieuses pour qu’il ne reste que la religion juive.

Faire dévier la préoccupation des gens vers les loisirs et les perversions, la corruption et le pécher

Mohamed Khaled –  Ça existe

Abdelkaffy – Et nous on va dans ce sens

Propager les tensions et les conflits confessionnels, ethniques, nationaux et le chaos jusqu’aux famines et épidémies.

Mohamed Khaled –  Miséricorde

Abdelkaffy – Assassiner et égorger tous ceux qui résistent à ces complots.

Se baser sur l’espionnage et choisir les espions parmi les différentes nationalités, les différentes classes sociales et parmi les directions.

Utiliser la violence et le terrorisme pour maitriser les non juifs

Le gouvernant doit être pourvu de malice et de fourberie et une capacité de dissimulation

Fonder des associations ayant comme objectif l’intérêt des juifs.

Ils sont bien évidemment 24 protocoles, mais vu le temps imparti, c’est un regard rapide.

 

 

 

Publicités

42 ans après avoir échappé à une excision, elle partage son témoignage sur Facebook

LeHuffPost | Par Annabel Benhaim – Publication: 26/04/2016

n801700004_1916337_3413

Ce type de témoignage est rare, d’autant plus sur Facebook. L’essayiste franco-égyptienne Sérénade Chafik, âgée de 50 ans, brise le tabou de l’excision dans deux messages publiés ce mardi 26 avril. Elle évoque dans un premier temps le moment où la question s’est posée pour elle-même quand elle a eu 8 ans. Puis, raconte le cas de son aide-ménagère qui a été contrainte de l’accepter pour ses filles. Sérénade avait déjà commencé ce travail de sensibilisation dans son livre Répudiation et lors de sa grève de la faim de 29 jours en 2003 pour protester contre l’excision de sa fille. Avec Facebook, elle espère toucher un public plus large, peut-être moins averti ou concerné.

Jointe au téléphone par le HuffPost, sur lequel elle a publié plusieurs tribunes, elle explique avoir eu la chance d’en réchapper grâce à l’influence de son père. « C’était un intellectuel et un cinéaste reconnu en Egypte. Ma grand-mère le respectait et n’a pas osé insister pour que je sois excisée. Les origines « étrangères » de mon père ont aussi joué en ma faveur (son arrière-grand-père était un juif polonais), l’excision étant réservée aux Egyptiennes pur jus. Puis, mon père était un progressiste, il savait les ravages de l’excision, il n’aurait pu supporter que cela me soit appliqué ». « Dans ma classe, poursuit-elle, j’étais la seule Egyptienne à ne pas être excisée, ainsi que mes camarades palestiniennes. »
De son côté, la mère de Sérénade Chafik ne voyait pas d’objection à voir sa fille mutilée. Co-fondatrice du Parti du rassemblement national progressiste et unioniste, elle avait pourtant elle-même subi les affres de cette coutume. « C’est un barbier qui l’avait excisée d’une manière tout à fait barbare, raconte sa fille Sérénade. Du haut du pubis jusqu’à l’anus, tout était lisse, elle n’avait plus rien. Les actes sexuels étaient douloureux pour elle, car il n’y avait plus de lubrification possible. Ses deux accouchements ont été terribles, son sexe avait perdu l’élasticité nécessaire. »

D’après les données de l’Unicef, le taux de femmes -et petites filles- excisées en Egypte s’élève à 91%. « J’ai décidé de parler de l’excision publiquement parce que je suis une féministe convaincue, explique Sérénade Chafik et je voudrais participer à lever cette chape de plomb qui pèse sur nous toutes. D’ailleurs, malgré la révolution égyptienne entamée en 2011, les associations féministes n’osent toujours pas aborder le sujet.

 

J’avais 8 ans. L’âge d’être excisée;
Ma grand-mère maternelle en a parlé à mes tantes, elles semblaient toutes ne pas voir ma présence dans la même pièce.
Mes tantes, ma mère et ma grand-mère se sont mises d’accord que j’avais l’âge
Peut être m’ont elles vu, peut être, croyaient- elles que je ne comprenais pas de quoi elles parlaient.
Quelques mois auparavant, à l’école, ma meilleure amie, (école pourtant privée et réservée aux filles de « bonne famille » comme on dit en Egypte pour nous distinguer des filles du « peuple » ), nous avait raconté le récit de la mutilation sexuelle qu’on lui avait fait subir.
Enfants, nous l’avions écouté, effrayées, nous avions retenu notre souffle, pétrifiées, nous n’avions pas entendu la cloche sonner
Mère supérieur était alors venue nous gronder
Le récit de Rasméya, ma camarade de classe, fut à jamais gravé dans ma mémoire. Par manque de chance pour moi, quand j’écoute les personnes, je visualise les scènes, à ce souvenir effrayant mon imaginaire a ajouté des images qui ont hanté elles aussi, au côté des autres violences les nuits de l’enfant anorexique que j’étais.
J’entends encore la voix de Rasmeya, son récit me fait encore mal, Ce mal se traduit par une douleur physique.
La douleur de cette excision à laquelle j’ai échappé.
Longtemps, je me suis sentie coupable d’avoir été l’unique fille sauvée dans ma classe, dans ma famille maternelle…
Je n’ai pas été mutilée, mais les filles du pays de mon enfance continuent à l’être

 

J’ai eu mon premier enfant au Caire.
Je l’ai élevé seule et il me fallait travailler;
J’ai eu l’aide d’une nourrice qui venait le garder à la maison.
Elle avait 2 petites filles.
J’ai parlé avec elle des risques de l’excision et je lui ai prouvé que l’islam ne recommandait pas cette mutilation.
Elle a été convaincue
Un jour elle n’est pas venue. Ce n’était pas son habitude elle était devenue presque un membre de ma famille et des fois elle venait mêmes avec ses filles.
Le surlendemain, elle est revenue, les yeux gonflés, des cernes avaient creusé son beau visage. Son regard si vif et malicieux avait perdu son éclat.
Elle m’a expliqué qu’elle avait failli perdre sa fille ainée qui avait eu une hémorragie Elles avait excisé ses enfants.
Je me suis mise en colère, mais une colère noire;
Doucement, elle s’est approchée de moi; D’une voix triste elle m’a raconté sa vie.
Elle avait été mariée à l’âge de 16 ans. la petite paie que je lui versait ne pouvait pas suffire l’éducation de ses enfants ni les dépenses de soins nécessaires à ses parents.
Elle était seule et devait assurer seule la survie de trois générations dans sa famille. Son mari, avait disparu et avait abandonné les petites
Elle m’a dit que tous les mois elle allait à la distribution d’aides que la mosquée organisait.
Ses filles étaient à l’école gratuite qui dépendait de cette mosquée.
Quand le barbier une première fois est passé dans son immeuble, elle avait refusé de mutiler ses filles.
Une semaine plus tard, l’imam de la mosquée l’a convoquée, il lui a expliqué qu’une bonne musulmane devait être une bonne mère et que l’excision était une obligation.
Il lui a fait le chantage, elle n’allait pas recevoir les aides et ses filles ne pourraient plus suivre leur scolarité dans son école.
L’imam s’est entretenu aussi avec sa famille et ses voisines. Acculée de tout part elle a fini par céder aux pressions

 

À voir également : Le témoignage poignant et engagé d’une Egyptienne sauvée de l’excision à 8 ans

Publié le 29 avril 2016, Au Féminin par Camille Broyart : http://www.aufeminin.com/news-societe/excision-le-temoignage-poignant-de-serenade-chafik-s1825191.html

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑